Triatbreizh 2018

Petit WE en Bretagne, sur le Triatbreizh (1.9-87-21) un mois après l’Ironman de Nice.
L’occasion de partager un WE entre Argonautes et surtout de respirer l’air frai breton, manger qlq crêpes.
Une natation dans le bassin d’aviron, à 6-7 min de la tête de course pour moi, et 3min (seulement) devant Delph .. le travail paye, elle m’impressionne. 😍
Ensuite, grosse boucherie sur le grand plateau du début à la fin, 39,0kmh sur un parcours magnifique dans la campagne bretonne. 50 derniers km partagés avec un autre bûcheron, Guillaume Benoit, c’était sympa d’avoir un copain pour une fois 😉 .
Pour finir, une course à pied en sous bois, le long de la rivière, avec la familia à chaque tour 😁 . 2 aller retour qui permettent de croiser et encourager tout le monde. Première moitié à 4’02/km , je reste en 6ieme position, 2ieme partie à 4’28/km pas de secret, va falloir s’y remettre sérieusement en vue des prochaines échéances en septembre.

Nat 33′ 45ieme
Vélo 2h13 2ieme
Course 1h31 23ieme
Total 4h19 9ieme /350 , 2ieme Ve

 

Quelques chiffres pour résumer 48h de ce WE breton.

950km de bagnole pour venir en Bretagne
1h10 de shooting photo avec Thierry le samedi
5h00, l’heure de réveil le dimanche pour un départ à 8h30
15min de footing vers 6h00 pour réveiller la machine
33min de natation (toujours trop long)
41sec de transition T1 (4ieme temps speedy gonzales)
87km de velo a 10 » du meilleur rouleur du WE, un certain Etienne Tortellier, un pro cycliste. Pas de watts, car la pile était morte, du coup plein de microcoupure, mais surement pas loin de 300NP. (290 au plat, et 320 sur les bosses. Les séances de vélodrome de 10 jours précédent m’avaient bien débridées)
149pulses de moyennes à vélo, plutot haut pour moi, car après Nice, la coupure m’a permis de vraiment faire remonter mon max
45sec de transition à T2
21,4km de course, tenues à 150pulses de moyenne et 4’15/km, plutot bien malgré la dégradation de l’allure sur la seconde moitiée
2min le temps perdu entre la premiere boucle et la second boucle
3, le nb de places perdues sur la course à pied
9, ma place au final
4, le nombre d’hamburger commandés le soir , et mangés au bord de Loire en famille
50min, le temps pour démonter le vélo et le mettre dans un carton plein de scotch
5heures de sommeil avant de prendre l’avion lundi matin
5min, mon retard sur le OUIBUS, du coup, j’ai attendu le suivant pour 8h30
19h30 l’heure de sortie du boulot lundi soir après avoir résolu un dernier incident, welcome, back to business .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *