ARGON 18 FIXIE PROJECT

Voici la vidéo : et pour ceux qui aiment les détails, lisez le compte rendu en dessous !

Cette année, vous l’avez remarqué, les vélos de chrono ont un peu de retard. La faute à qui? au coronavirus, au coup de pouce vélo, au regain d’intérêt des consommateurs pour la petite reine ? Je vous conseille l’excellente interview du Président d’ARGON18 qui permet de mieux comprendre ce qui se passe et pourquoi la plupart des marques de vélos connaissent cette pénurie et pourquoi la demande dépasse largement l’offre.

Du coup, pas « encore » de vidéo pour vous présenter le nouvel avion de chasse ARGON 18. Ce n’est pas grave, j’en ai profité pour réaliser un vieux rêve de gosse : « rouler en fixie tel un coursier new yorkais ». Bon en vérité, je tourne autour du pot depuis 20 ans … j’ai déjà été coursier sur VTC en Allemagne, j’ai arpenté la 5ieme avenue en Roller, et je roule depuis 15 ans avec un vieux fixie pourri. Mais le coronavirus, avec son air de fin du monde, m’a fait passer une étape, on a qu’une vie alors je me suis fait un vélo taf qui finalement est devenu mon fidèle compagnon !

J’ai donc chiné un cadre sur le bon coin (un alu générique en 52cm, avec une fourche acier … qui s’avère être un excellent velo), puis je me suis lancé dans la délicate opération du ponçage, apprêtage et j’ai bénéficié de l’aide de ma fille pour la réalisation du dégradé. Concernant le design, j’ai essayé d’être au plus proche de l’esprit ARGON18, tout en apportant une touche personnelle avec ce dégradé rouge et noir. Voici toute la réflexion et source d’inspiration : Presentation.

Pour le reste de l’équipement, rien de bien compliqué, une paire de roues, un pédalier de piste en 165mm, un guidon corne de vache, une chaine de BMX et 2 pignons. Ah oui, la roue arrière est réversible, double filetage, permettant de facilement passer d’un pignon à l’autre en inversant la roue. Pour les pédales, j’ai pris des pédales semi automatiques permettant une utilisation urbaine occasionnelle en basket et des sorties longues avec des chaussures de VTT.

Concrètement, cela ne change pas grand chose à un vélo normal, sauf qu’au lieu d’adapter ses braquets à la pente, on adapte sa cadence. J’ai quand meme deux braquets : 46×15 (ratio 3.05, équivalent 52×17) pour la ville et pour aller bosser (parcours quasi plat). 35kmh @90rpm et 46×17 (ration 2.70, équivalent 52×19) avec lequel je passe partout (jusqu’à 10-12%) mais l’idéal ce sont les bosses roulantes qu’on peut passer à plus de 15kmh. En descente, c’est une autre histoire, soit la descente est courte, et en moulinant j’arrive avec 140rpm et le 46×15 à atteindre 55kmh, ou 45kmh avec le 46×17, et sinon, pour les descentes plus grande, je décale, et je bloque les pieds sur les écrous de la roue arriere. Et finalement, c’est pas si pire ! on atteint facilement les 60kmh et pour freiner : d’abord l’aéro frein : il suffit de se tenir bien droit, puis activer le frein avant. Et si j’ai les pieds encore accrochés, alors il suffit de retenir les pédales pour se ralentir. Il y a une autre technique : le skid, ça consiste à bloquer la roue arrière et déraper, mais outre l’aspect casse gueule, je n’aime pas le fait d’user mes pneus Michelin de la sorte.

Concrètement, à haute vitesse, le pédalier tourne tout seul (comme Primoz Roglic), mais ça ne touche pas dans les virages car : 1/ manivelles courtes de 165mm – 2/ cadre de piste, donc boite de pédalier réhaussée de 30mm vs géométrie route.

Y’a meme des supers sites pour calculer tout ça :

Question entrainement, j’y trouve plein d’avantage : déjà c’est simple, c’est beau, c’est pur, ça tourne tout seul, bref que plaisir, et le plaisir à l’entrainement, c’est déjà un point tres important ! Ensuite, cela permet de bosser la force en montée, mais aussi de travailler les muscles en excentriques en descente, et lorsque je vais sur la piste pour la PMA, au moins j’ai un vélo de piste pour faire de la piste ! Le truc le plus fou, c’est que depuis que je sillonne les différentes montée autour de Grenoble (avec la limite des 10km, durant le confinement, j’ai du revoir les routes d’entrainement), et bien avec ce vélo en 46×17 j’ai battu quasiment tous mes records sur les grimpées du coin établies avec le vélo de chrono ou le gallium … et pas que un peu : col de clémencière je passe de 27 à 20min, sur la montée vers lans-en-vercors, je passe de 1h02 à 43min etc … Bon, il faut dire que je n’ai jamais trop travaillé le dénivelé, mais là, avec le pignon fixe, on ne peut pas baisser les bras, il faut sans cesse relancer, tirer sur les bras pour ne pas tomber sous les 30 tpm. Du coup, lorsque je vais reprendre l’entrainement sur le vélo de chrono, il faudra sûrement une petite adaptation, mais je m’attends vraiment à voir mes chronos en bosse s’améliorer.

Sur des sorties longues, la moyenne est tout de même inférieure à mes moyennes habituelles (forcément, pas possible de bourriner à 50 dans les faux plats descendants 😉 ) , mais finalement je m’en fous un peu, je ne regarde ni les watts, ni la cadence, ni la moyenne (juste les PR), c’est un autre esprit, un nouveau challenge, et en plus il est super beau, bref …. en résumé, je kiffe mon fixe!

… et si vous n’êtes pas encore convaincu, ou que vous cherchez un argumentaire béton, pour finir de convaincre (vous ou votre moitiée) et du coup de rajouter un 4ieme ou 5ieme vélo dans le garage (si vous avez lu tout l’article jusqu’ici, c’est que vous devez bien avoir au moins un vélo de route, un mulet, un chrono et un VTT hein?! ), et bien voici la liste des 20 avantages à rouler en fixie : https://www.santafixie.fr/blogfr/20-avantages-utilisation-velo-fixie/